Rudiments

Bibliographie

Liens, musées etc

menu

Historique

Monographies

Questions d'Eventails

RECHERCHE

 

  Hommage gastronomique à Nordenskiöld (2)

La présentation du revers ci-dessous peut surprendre : en effet, l'éventail semble montré tête en bas !

C'est pourtant la bonne façon de le regarder. En effet, le concepteur a fort intelligemment profité de la parenté entre notre objet favori et une partie de mappemonde pour imaginer le Pôle Nord à l'axe de l'éventail et pour figurer l'océan Arctique au bord de la gorge, permettant ainsi de faire figurer la progression de l'expédition du Professeur Nordenskiöld, du Capitaine Palander et de l'équipage de la Vega.
La feuille est parcourue par les indications de longitude (5, 9, 13, 18, 21°) et par les parallèles de latitude (50, 60, 70 -?-)

On suit bien le voyage du navire de la Suède jusqu'au Japon.


Nordenskjold face

On est évidemment plus surpris quand on parcourt la carte et que l'on essaie de reconnaître les contrées : l'empire austro-hongrois s'appelle "Potage", la Russie "Relevé", le  Kamtchatka "Entremets"... et le Japon "Dessert Assorti".

C'est qu'il s'agit, en fait, d'un menu, qui, ingénieusement, commence en Suède et se termine en terre nippone !

Reprenons ici les divers mets qui se succèdent (avec quelques fautes d'orthographe) :

POTAGE : Consommé Quenelles à la Lyonaise ; RELEVE :  Filet Poisson au Gratin ; HORS D'OEUVRE : Jambon à la Belle Vue ; ENTREES : Filet de Boeuf à la Parisienne,  ROTIS : Cailles au Riz, Asperges,  Gigot de Mouton, Salade ;  ENTREMETS : Blanc Manger, Fruits ; Dessert assorti

Tous ces pays sont évidemment arrosés par des mers ou des cours... de vin : Veuve Cliquot (frappé), St Julien, Chateau-Larose, Johannisberger, Rudesheimer, Roederer.

On nous permettra deux réflexions :
- que le Professeur Nordenskiöld, après un an de privations ne soit pas mort d'indigestion après un tel repas montre qu'il était de solide constitution.
-  la gastronomie française  n'avait pas alors besoin d'être inscrite au "patrimoine mondial de l'Unesco" pour triompher partout.

Sans doute, en arrivant à ce stade de notre propos vous demandez-vous quelles autres questions cet éventail est-il sensé nous poser ?

Il y en a !

Vega    

En premier lieu, il faudrait savoir ce que signifient ces inscriptions. De jeunes étudiantes japonaises à qui nous les avons montrées, n'ont pu les lire. C'était, au sens propre, du Chinois pour elles ! Merci donc à tout érudit... à qui nous transmettrons si besoin de meilleures photos.

En second lieu, et comme souvent avec les éventails japonais ou certains éventails chinois, il y a dans la manière un côté intemporel qui nous rend hésitant dans la datation de l'objet. Ici, tout porte à croire que l'éventail date bien du 15 Septembre 1879... Mais ne s'agit-il pas d'un éventail réalisé à l'occasion d'une commémoration de l'événement ?

Troisième question : Quel est effectivement le troisième drapeau que nous hésitons à attribuer, et quel rôle particulier ont pu jouer dans l'événement les nations dont le drapeau est figuré ?

Enfin, et ce n'est pas nécessairement accessoire, nous supposons que les initiales C.N. sur la face de l'éventail sont celles de l'artiste : de qui s'agit-il ?

Et voici déjà des réponses !!!

En ce qui concerne le 3ème drapeau, Anna Checcoli confirme mon opinion, images à l'appui :
"Vous avez raison, le drapeau est de Suède et Norvège ensemble.  

Voire ici:    http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Historical_flags_of_Norway"
Merci Anna pour cette rapidité !

La deuxième réponse nous vient de notre fils Matthieu... qui a été plus habile que son père dans ces recherches internautiques.
En effet le repas du  15 Septembre est bien relaté dans le texte ci-dessous, répéré à la page 191 Vol. II d'un ouvrage relatant les pérégrinations de la Vega, par Adolf Erik  Nordensklöld  lui-même :
Nordensklöld (A.E) & Alexander (L.) -trad.-, The Voyage of the Vega round Asia and Europe Echo Library, 2008 

Contentons  nous d'en traduire la phrase essentielle  (pour nous) :  
Le dîner était très européen, avec un grand nombre de discours, principalement en langues européennes, mais aussi en japonais. Devant chaque invité se trouvait une carte, sous la forme d'un éventail, où ficurait l'itinéraire de la Vega.

Texte relatant le repas et la remise de l'éventail

Voici donc, en peu de temps, résolues pour l'essentiel les questions que nous posions. Mais il en reste : notre éventail ne serait-il pas une réédition ? Que signifient les mentions en japonais ou chinois bordant la feuille ?  Et les initiales C.N. ?

A leur sujet Thomas DeLeo, Honorary Member de FANA, grand connaisseur en éventails orientaux et en gastronomie, a évoqué celles du Count Nils,. Il l'a fait avec précaution... et  comme simple suggestion. Quelqu'un pourra-t-il aller plus loin ?

Merci donc pour l'instant à Anna, Matthieu, Tom... et n'en doutons pas, tôt ou tard à d'autres contributeurs !


Additif Octobre 2012 : A l'occasion d'un excellent colloque organisé à Rennes 2 sur les "Territoires du Japonisme", j'ai profité de la présence d'universitaires japonais, dont un professeur de l'Université de Tokyo, pour leur montrer cet éventail. Il apparaît que les mentions en japonais sont écrites avec une graphie ancienne, désormais difficilement lisible, mais qu'il s'agit tout bêtement de la traduction du menu.  Il y a fort à parier que la traduction en japonais doit être bien difficile ! Ainsi, peu de Français savent désormais ce qu'est un "relevé"... (c'était un plat servi entre les hors d'oeuvres et les entrées dans les pantagruéliques repas d'autrefois).
Merci en tout cas à mes aimables interlocuteurs.

Merci de vos réponses, à cette question comme aux autres...
et de votre aide dans mes recherches !


...n'oubliez pas les autres questions

Retour à l'accueilfanBack Home