Introduction

Rudiments

Bibliographie

Liens, musées etc

forum

Historique

Monographies

Questions d'Eventails

RECHERCHE

 

III : l'ascension de Charles et Robert vue par cet éventail 

           Etienne Chevalier de Lorimier
                        N. de Launay


visible sur le site du National Air and Space Museum Inventory number: A20000732000

 

 Beaucoup plus de publicité fut donnée au vol suivant, réalisé à partir des Tuileries le 1er Décembre 1783, avec à bord de la nacelle le célèbre physicien J.A.C.Charles et l'un des frères Robert, Nicolas (1761-1828), inventeur d'une machine à papier. Ce ballon, toujours mû par l'hydrogène, avait un globe en toile recouverte de gomme afin d'améliorer l'étanchéité, et une soupape permettait de réguler la hauteur de l'appareil.


Cliquez sur le ballon pour élargir

La "rampe de lancement" était constituée de tonneaux contenant le mélange donnant naissance à l'hydrogène qui emplissait l'enveloppe du ballon; gardé par la troupe.

Ballon aux Tuileries  estampeGraveur : Louis Alexandre BOUTELOUP Peintre-dessinateur : DU PERREUX 1783
Eau-forte et burin 26 cm x 36 cm Musée de l'Air et de l'Espace Paris-Le Bourget  INV : 3555


Ces différents détails sont visibles , quelque peu simplifiés il est vrai, sur les différentes représentations de l'éventail.

Devant une foule considérable (certains parlent de 300 à 400 000 personnes), le ballon s'éleva à deux mille pieds, vola pendant deux heures, et atterrit à Nesle, dans l'Oise, à près de 40 kilomètres.

Charles repartira ensuite, parcourant 7 lieues en 35 minutes

Comme l'indiquent les auteurs (voir bibliographie), entre décembre 1783 et juin 1785 (décès accidentel de Blanchard), l'enthousiasme pour les ballons enflamme les populations de toutes les classes sociales.

Les femmes elles-mêmes s'en emparent, relate Rivarol : "dans tous nos cercles, dans tous nos soupers, aux toilettes de nos jolies femmes, il n'est question que d'expérience, d'air atmosphérique, de gaz inflammable, de chars volants, de voyages aériens."

 "Chacun veut un objet illustré d'un ballon. Les éventaillistes, en toute hâte, font préparer des éventails avec ces appareils. Des feuilles pour tous les goûts et pour toutes les bourses sont composées. Dans l'urgence, souvent le peintre ajoute rapidement un ballon dans le ciel d'une scène galante ! "

 

ici, une toile de Jouy reprenant les épisodes du ballon de Gonesse et du ballon de Charles et Robert
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour voir d'autres assiettes "au ballon" -
 
La bourgeoisie aisée et l noblesse veulent donc des éventails, des gravures, des boîtes, même des meubles ou des couverts décorés de ballons. Les milieux plus populaires se contentent de faïences (Nevers surtout, mais aussi Moustiers ou autres fabriques du Nord ou de l'Est).
L'ascension de Charles et Robert en décembre 1783 étant la plus célèbre, c'est elle qui fut la plus reproduite, et ceci pendant quelques années. Cependant l'engouement faiblit assez vite, et la plupart de ces objets semblent dater de 1784 à 1786.

 N.B. : une certaine prudence demeure nécessaire à l'amateur : l'engouement pour les ballons et les objets "au ballon" a parfois suscité des rajouts postérieurs voire frauduleux sur les éventails, et nombre d'assiettes "au ballon" sont récentes...

 

regardez les détails : cliquez sur le ballon !
 
Ce qui, toutefois, caractérise l'éventail ici présenté ( HT 27,5 HF 13, 14+2) , c'est que les artisans qui l'ont fabriqué ne se sont pas contentés de rajouter un ballon à une scène banale. Certes, on l'a vu ci-dessus, la scène du cartouche central reste conventionnelle, encore que l'on y distingue l'esquisse des Tuileries et que l'enfant à longue vue témoigne que les personnages sont là pour admirer le ballon.
Mais surtout, le ballon orne non seulement la feuille, mais aussi la monture.
 

 

 

 

Les panaches eux-mêmes donnent de la scène du décollage une vision fort précise : on aperçoit le cercle de tonneaux servant à produire l'hydrogène, les deux aéronautes qui agitent leurs drapeaux, et, au dessus d'eux, les nuages, la lune et les étoiles
 
 
Cliquez sur le ballon !

 

 
Plus intéressante encore peut-être est la représentation dans les cartouches latéraux de l'éventail d'instruments de navigation ou de cartographie aériennes : sphère céleste, lunette astronomique dans l'un, carte du ciel, compas et astrolabe (nous semble-t-il) dans l'autre, avec, peut-être (?) la vue lointaine d'un volcan.

 IV : Le début de la conquête spatiale

 

Il est particulièrement intéressant de noter, tant sur les représentations des panaches que sur celle du médaillon central de la monture, la présence au dessus du ballon d'une ligne de nuages, puis de la lune et enfin des étoiles.

 Si l'on y ajoute les objets scientifiques figurés dans les cartouches de la feuille, l'intention de l'éventailliste (ou du commanditaire ?) paraît claire : il a conscience qu'il s'agit là d'un premier pas dans la conquête de l'espace. Comme devait l'écrire le comte de Ségur dans ses mémoires "...un simple manufacturier, Montgolfier, nous inspira le téméraire espoir de nous approcher des astres".

Ce sentiment était si général d'ailleurs que  quand la famille fut anoblie en 1794, les  deux frères Montgolfier devenus chevaliers prirent pour devise "SIC ITUR AD ASTRA" ce qui signifie "ainsi nous irons jusqu'aux astres" (cette devise est aujourd'hui celle du commandement aérien canadien)

Dès le 19 septembre  1783, dans le "Journal de Paris", le chevalier de Cubières versifiait : " L'homme va parcourir les plaines azurées - De son étroit domaine aggrandir les contrées - Et dans l'onde céleste, heureux Navigateur, -Côtoyer chaque Pôle & franchir l'Equateur"

Benjamin Franklin, à un sceptique demandant à quoi servaient ces expériences, répondit d'ailleurs avec sagesse : "A quoi sert un enfant nouveau-né ?"

 En se rappelant l'enthousiasme général lors des premiers vols autour de la terre, ou les premiers pas sur la lune, on comprend d'ailleurs mieux comment les premières ascensions en ballon ont pu mettre en ébullition toute la société de l'époque, faisant même de l'éventail, objet en apparence futile, un témoin de l'espoir de l'humanité.

Dès 1784, l'engouement se répandait en province, comme l'illustre fort bien un ballon lancé à Nantes et qui a fait l'objet d'une intéressante "brêve" du  Cercle de l'Eventail, que nous sommes autorisés à reproduire ICI.

 

Et voici un autre éventail au ballon, datant lui du début du 20ème siècle !
(cliquez sur la photo !)

ballon1900

Et merci à tous ceux qui nous font part de leurs avis, désaccords ou questions. C'est un encouragement utile !

Retour à 1a page au ballon -

Bibliographie spéciale

retour à l'accueil

 

 

 

 

LE>