Introduction

Rudiments

Bibliographie

Liens, musées etc

menu

Historique

Monographies

Questions d'Eventails

RECHERCHE

 courrier



Spéciale Jeux Olympiques 2012
This page in English

Le temps s'en va, le temps s'en va, Madame... En 2008 -c'était hier- nous avions mis en ligne, à l'occasion des jeux olympiques de Pékin, pays d'origine de l'éventail plié, une "page spéciale".

Fan Museum Poster

Nous ne pouvions faire autrement en 2012 alors qu'ils se déroulent à deux pas du "Fan Museum", premier musée au monde dédié à cet accessoire si peu accessoire à nos yeux ! 

D'autant que ce musée, merveilleusement situé à Greenwich, à deux pas des sites principaux des jeux olympiques, si l'on franchit la Tamise, consacre actuellement une exposition spéciale à cet événement si marquant de la capitale du Royaume Uni.

Pour plus d'informations :  http://www.thefanmuseum.org.uk/

Ce sera sans doute, pour peu que la chaleur soit au rendez-vous, l'occasion pour nombre de spectateurs de recevoir et d'utiliser des éventails. Ce ne sera pas la première fois. Nous vous épargnerons la vue  par exemple des éventails d'Alberta (1996), dont la série chante les gloires réunies du  Sport , des Etats-Unis d'Amérique et d'un fabricant de boissons gazéifiées... Nous remonterons bien plus loin dans le temps, avec quelques éventails relatifs aux  Jeux Olympiques eux mêmes ou au sport.

NB : les éventails montrés ci-dessous, comme sur l'ensemble du site, ne peuvent être reproduits sans notre autorisation expresse. Tout emprunt constaté ferait l'objet de représailles appropriées !! Merci de votre compréhension.

Tout d'abord évoquons  les jeux olympiques de 1908 avec un sportif français qui n'y participa pas !

En effet, le longtemps célèbre Jean Bouin a été marqué par un destin contraire  lors de  ses tentatives olympiques

bouin

(photo vue en divers endroits, mais dont nous n'avons pu localiser exactement l'origine)

Sélectionné à 20 ans pour les Jeux de Londres en 1908, Jean Bouin est interdit de compétition par la délégation française, car il a « fait le mur » la veille du 5 000 m olympique, et mêlé à une rixe dans un bar de Soho il a passé la nuit au poste de police. 

Il se rattrape les années suivantes en étant à diverses reprises champion de France ainsi que en 1911 recordman du monde du 10 000 m et en 1912 recordman du monde du 3 miles (4837 m).

Ses chances sont donc grandes aux Jeux Olympiques de Stockholm en 1912. Il bat d'ailleurs en "séries" un record du monde . Lors de la finale, il mène pratiquement toute la course, mais se fait rattraper et distancer in extremis de 2/10èmes de secondes par le finlandais Hannes Kolehmainen.

L'éventail ci-dessous a été édité en 1913 par le club auquel il a appartenu : le Club Athlétique de la Société Générale.

bouin

Quelques semaines après, de nouveau  à Stockholm, Jean Bouin battait le record du monde de l'heure (19,219 Km). Il avait arrêté de fumer et préparait la revanche pour les jeux de 1916 : hélas la première guerre mondiale  arrive.  Jean Bouin meurt au champ d'honneur le 29 septembre 1914.

anneaux

Le deuxième éventail que nous vous présentons est plus directement lié aux jeux olympiques. Comme l'éventail  de la Société Générale ci-dessus, il est bien connu. Nous voulons profiter de cette occasion pour vous le montrer et vous proposer quelques réflexions qu'il nous inspire.

Il  représente sur la face cinq jeunes élégantes sportives : alpiniste, tenniswoman, nageuse, escrimeuse, et rugbywoman. Il porte une inscription "Jeux Olympiques 1924" et est signé René Préjelan.

JO1924

Très agréable, illustrant remarquablement l'élégance féminine des années 1920, il est aussi à notre sens un manifeste féministe ! 

En effet l'arrivée des femmes aux Jeux Olympiques fut difficile. Le Baron Pierre de Coubertin la voyait d'un mauvais oeil. N'a-t-il pas déclaré en 1912 « Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte. Le véritable héros olympique est à mes yeux, l'adulte mâle individuel. Les J.O. doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs. » 

Cette conquète féminine fut donc toute progressive : aucune femme en 1896 pour les premiers jeux modernes à Athènes, des golfeuses et tenniswomen en 1900, en 1904 (6 !), en 1908 (36 femmes sur 2059 athlètes). En 1912 les femmes étaient 57, et au tennis et au golf s'ajouta la natation. En 1920, sur 2606 participants il y avait 63 femmes dont en tennis la célèbre Suzanne Lenglen qui rafla 2 médailles d'or et une de bronze. 

Aux Jeux Olympiques de Paris en 1924 le progrès était net : 290 femmes sur 3092 athlètes, dont pour la première fois les escrimeuses. Mais nous dit Serge Laget  (Le grand Livre du Sport Féminin, FMT 1982) à propos de cet éventail, "L'artiste, champion de tir au demeurant, prit ses désirs pour des réalités... les alpinistes n'y sont pas tolérées. Les joueuses de tennis y figurent une dernière fois... et les escrimeuses y subissent quant à elles leur baptême du feu. Quant aux joueuses de rugby, elles ont toujours été absentes des Jeux" .

 L'artiste, René Préjelan, était en effet un tireur émérite et écrivit d'ailleurs les Souvenirs d'un fusil de chasse. Il était surtout, selon E. Benezit (Dictionnaire des Peintres, Sculpteurs, Dessinateurs et Graveurs. Grund, Paris, 1999.) "Créateur d'une bande dessinée " Jo et Josette " dans la revue " Qui lit rit " dans les années 1900. Collaborateur des journaux illustrés de l'époque : La Caricature, La Baïonnette, Le Rire... Il  contribua à créer, dans les périodiques satiriques de l'époque, le type de la « petite femme 1910 ». Il a aussi réalisé des croquis d'animaux et de sports.

Peut-être avec cet éventail entendait-il contribuer à ouvrir d'autres sports à l'olympisme féminin. Il démontrait en tout cas que la femme peut être en même temps sportive et pleine de charme !


J0piver


Le revers, consacré à la publicité du célèbre parfumeur Piver, continue à illustrer les thèmes des Jeux Olympiques : casques et glaives grecs, oliviers, lauriers, que l'on retrouve sur les autres documents des Jeux Olympiques en 1924 comme à d'autres dates.

Une légère odeur de parfum se distingue encore... Est-ce le parfum "Volt" ? on peut le supposer, car on sait que les éventails de Piver et autres parfumeurs étaient souvent parfumés de la fragrance dont ils faisaient la promotion.

anneaux


Mais cette actualité des Jeux Olympiques est aussi l'occasion, ou le prétexte, de montrer quelques éventails à caractère sportif.

Les éventails anciens, à défaut de sport au sens moderne, montrent beaucoup d'activités physiques, de chasse et de jeux.

Pour permettre un passage du relais olympique entre la Chine et l'Europe, voici, sur un éventail de l'époque de l'empereur Kangxi et de Louis XIV, une scène de chasse.

Cavaliers Kangxi

Voici, sur un éventail à peu près de la même époque, mais bien européen, Diane chassant le malheureux Actéon, et sa contrepartie
au XXe siècle dans un écran publicitaire des Etats Unis.

Diane               Diane 666

Voici, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, des participants au jeu du papegault, si important alors pour la défense de nos cités, et à certains égards ancêtre du service militaire, mais aussi des Jeux Olympiques, quand on se rappelle le lien qu'il y avait souvent à la fin du XIXe siècle entre sport et  entraînement en vue de la guerre !

Papegault

Dans ces sports qui se rapprochent tant de la guerre, il faut naturellement considérer l'escrime, qu'évoquaient en 1908, année des premiers Jeux Olympiques de Londres, les magasins du Bon Marché de Paris avec un éventail à la fois publicitaire et événementiel. A l'épée masculine, la France s'illustra (nos amis britanniques ne nous en voudront pas de le rappeler !) : en effet, Gaston Albert obtint la médaille d'or, Alexandre Lippmann l'argent, et Eugène Olivier le bronze. Et par équipe, la France fut à nouveau en Or, devant le Royaume-Uni !


 
escrime
Le Baron de Coubertin aurait sans doute été bien surpris en apprenant que la délégation française aux JO de 2012 à Londres serait menée par la talentueuse escrimeuse Laura Flessel . Il aurait peut-être plus facilement admis qu'à côté du tir à la corde pour les hommes (épreuve officielle dans l'antiquité et de 1900 à 1920) on acceptât (comme depuis 1992) le badminton, sport longtemps feminin ou enfantin et représenté sur cet éventail inspiré de Kate Greenaway... ou même ce jeu de "Grâces" que nous rappelle ci-dessous une amie collectionneuse d'éventails. Selon le Littré, il s'agit d'un "jeu analogue au jeu de volant, et qui se joue avec un petit cerceau et des bâtonnets, ainsi nommé parce que les bras s'y développent avec grâce". Cela aurait présenté l'avantage de mettre en scène des anneaux olympiques !

.Kate Greenaway
Le jeu de Grâces
(Collection AMK) Merci de nous avoir autorisés à reproduire cette image !

Mais l'éventail qui symbolise finalement le mieux la convivialité des Jeux est une publicité pour un alcool supposé donner des forces aux sportifs !

Voici en effet une publicité pour "Robur au quinquina", où l'on voit les sportifs de toute nature se regrouper sous l'enseigne du "Rendez-vous des sports". Là fringants cavaliers, hardis navigateurs, modernes cyclistes  et sans doute traditionnels marcheurs se retrouvent dans le réconfort d'une boisson partagée après l'effort.

Robur 
Cette boisson a disparu, de même que la maison P. Leménil d'Asnières (Seine), "spécialité d'Eventails-Réclames" et les sportifs élégants sont d'une autre époque. Au dos de notre éventail, il était écrit "Dans votre famille, offrez le Robur à vos enfants et à vos amis", alors qu'il nous faut désormais préciser, pour respecter la loi, que les boissons alcoolisées sont à consommer avec modération.

Et pourtant, nous nous permettrons d'espérer que lors de ces Jeux Olympiques 2012 aucun sportif ne fera usage de produits plus dangereux que ce "Robur au Quinquina" !

Nous acceptons les dons d'éventails "Londres 2012"... ou "Pékin 2008" !!!!!


Et retrouvez ici nos autres "pages spéciales"    -    Click here for our other "Special Pages"

Retour à l'accueil   accueil   Back Home